Vous êtes ici : Accueil > Membres > Enseignants-Chercheurs

Corinne Mascala : bilan de 4 ans et demi de présidence de l'Université Toulouse Capitole
du 3 décembre 2020 au 14 décembre 2020
Au terme de quatre ans et demi de présidence de l’université, comme tout responsable à qui des fonctions ont été confiées ainsi qu’à l’équipe qui m’entourait, il est naturel de dresser un bilan de nos actions conduites dans l’intérêt général de l’université.
De mai 2016 à fin novembre 2020, avec l’équipe présidentielle, nous avons énormément travaillé à l’écoute des personnels enseignants, administratifs et des étudiants dans le respect des engagements que nous avions pris.

Le bilan est très riche, je ne peux en tracer que quelques réussites marquantes.

Au plan des formations
  • Mise en œuvre de multiples dispositifs d’accompagnement pour améliorer la réussite étudiante ;
  • Création de nouvelles formations (nouvelles mentions, nouvelles filières en santé par exemple, nouvelles licences professionnelles à l’IUT de Rodez …) ;
  • Déploiement des doubles diplômes dans le cadre de partenariats avec des universités européennes ;
  • Création de nouvelles places dans le dispositif Parcoursup ;
  • Réforme de l’entrée en Master dans le cadre du LMD ;
  • Réforme de la formation continue ;
  • Réforme de l’apprentissage ; mise en œuvre de l’approche par compétences…
Nous avons aussi obtenu des financements supplémentaires dans le cadre de la loi ORE.

Au plan de la vie étudiante
  • Sur mon initiative ont été significativement augmentés les fonds alloués au soutien des initiatives étudiantes (fonds de solidarité des initiatives étudiantes FSDIE).
  • J’ai fait créer un FSDIE « composantes » pour élargir le soutien financier aux actions des étudiants en le dotant d’un budget propre.
  • Durant la crise sanitaire, j’ai engagé financièrement l’université pour accorder de multiples aides financières au profit des étudiants en difficulté (perte de stages, d’emplois, de frais engagés, de cautions…).
  • Pendant quatre ans, nous avons favorisé le développement d’une véritable politique sportive en faveur de tous et en particulier, des sportifs de haut niveau.
  • La politique culturelle s’est considérablement améliorée et élargie.

Au plan de la recherche


Les actions en appui aux équipes de recherche se sont multipliées afin de permettre d’atteindre nos objectifs d’excellence :
  • Un service dédié au montage des projets a été créé au sein de la DROP pour libérer les porteurs du souci de l’ingéniérie. Le nombre de projets retenus a significativement augmenté depuis.
  • Les budgets des équipes de recherche ont été maintenus, augmentés pour certains, malgré les variations négatives de notre budget.
  • J’ai fait dégager des fonds sur ressources propres de l’université pour augmenter le nombre de PEDR et de contrats doctoraux.
  • Un fort investissement financier s’est traduit par la mise en œuvre d’une politique d’intéressement pour les enseignants chercheurs lauréats de projets de recherche, ce qui n’avait jamais été fait dans notre université et qui n’est quasiment fait aucune part ailleurs. Le HCERES l’a remarqué comme une spécificité toulousaine -à mon initiative- et cela profite à bon nombre d’enseignants chercheurs.
  • Nous avons aussi mis en place des décharges de service pour permettre de dégager du temps recherche et favoriser ainsi les publications.
  • Notre rayonnement international s’est inscrit dans une véritable politique de cotutelle de thèse réfléchie et maîtrisée.

Au plan social
  • Nous avons engagé de nombreuses actions de valorisation de la performance de l’administration au service de la stratégie de l’université et de ses composantes, et consolidé par de multiples actions l’organisation administrative.  
  • Nous avons mis en place de nombreux séminaires de formation à destination des personnels administratifs pour leur permettre de réussir des concours et avancer dans leur carrière. Nous avons consacré un budget spécifique en forte augmentation pour cela. Ces formations fonctionnent très bien avec des taux de succès élevés aux concours, ce qui contribue à l’avancement des personnels.  
  • Des efforts non négligeables ont été consentis en avance de phase de mise en œuvre du RIFSEEP (ce qui a été fait dans de rares universités !!) afin de permettre une revalorisation indemnitaire pour les personnels administratifs. En quatre années de mon mandat, j’ai dégagé plus de 400 000 euros sur les fonds propres de l’université pour augmenter les primes des BIATSS (IFSE et CIA), 10 % de plus encore cette année y seront ajoutés. Cela a pu être fait grâce à la qualité de notre gestion financière rigoureuse et prévisionnelle.
  • Nous avons mis en place le télétravail avant la crise sanitaire pour améliorer les conditions de travail des personnels et relâcher la pression, et il a été développé depuis dans le cadre de cette crise sanitaire. De nombreux BIATSS en profitent avec satisfaction.

Au plan immobilier
  • Nous avons achevé le bâtiment TSE.
  • Nous avons rénové le Cloître.
  • Nous avons acheté le parking de la Cité administrative sur lequel débutent les opérations de construction d’un nouveau bâtiment comprenant un gymnase, des locaux de médecine et des amphithéâtres et salles de cours.
  • Mon mandat a vu le lancement effectif des travaux visant à réhabiliter les bâtiments de la Manufacture des Tabacs permettant ainsi le relogement des équipes de droit notamment et ultérieurement de l'IEP,
  • ainsi que le lancement d’une étude de prospective et valorisation immobilière dans le cadre de notre plan pluriannuel immobilier.

Nous avons eu de beaux succès :
  • L’obtention d’une École universitaire de recherche (EUR CHESS) ;
  • La confirmation des Labex.
  • Une excellente évaluation par le HCERES de nos formations, de nos centres de recherches et de l’université dans son ensemble, fruit du travail de tous.
  • Nous avons obtenu le label "Bienvenu en France" avec trois étoiles pour nos étudiants internationaux, ce qui révèle la qualité de l’encadrement et de l’accueil de ces étudiants mis en œuvre par les services de l’université.
  • Nous avons été labellisés « Université européenne » dans le cadre du consortium « Engage EU », avec six autres universités européennes de renom, ce qui est un atout considérable pour le développement de notre stratégie internationale, en favorisant la mobilité européenne pour les étudiants et les enseignants chercheurs. Le label « Université européenne » nous donne aussi une reconnaissance forte en termes d’attractivité pour les étudiants et les enseignants chercheurs.
  • Nos positions dans les classements internationaux ont été maintenues voire améliorées, malgré le faible impact de nos champs disciplinaires.

Nos ressources financières ont nécessité une gestion rigoureuse. Un sous encadrement majeur et historique en personnel a pesé lourd sur le travail des équipes, sur la tension et la pression ressenties par tous malgré tous les efforts faits.

Des postes ont été obtenus au prix de longues négociations tant pour les BIATSS que pour les enseignants chercheurs, mais dans le cadre de la politique actuelle de l’État à l’égard de la fonction publique, le nombre reste insuffisant. D’autant que le gouvernement ne nous a pas épargné les réformes auxquelles l’expertise et le dévouement de chacun ont permis de faire face.

Nous n’avons renoncé à rien, tout en devant ces derniers mois faire face en même temps à la crise sanitaire qui a transformé le climat social et les comportements malgré le soutien constant apporté aux personnels par mes équipes et moi-même.
Notre engagement pendant ces longues semaines a été sans faille pour permettre à nos étudiants de poursuivre – dans les moins mauvaises conditions- leur cursus. De nouveaux outils ont été déployés et les moyens financiers mobilisés.

Cette crise Covid laissera des marques profondes car à l’université, comme dans la société en général, elle a provoqué une délégitimation de l’action de tous ceux qui sont en responsabilité par tous ceux qui n’ont pas de responsablités mais qui n’ont de cesse de critiquer ce qui a été fait.

Nous pouvons être fiers du travail accompli, des réussites pour notre université même s’il reste heureusement encore à faire et des projets à conduire. Ce travail n’a pu être mené que par l’engagement des équipes à mes côtés qui partageaient les mêmes ambitions, les mêmes objectifs, les mêmes valeurs.
 
 Ce furent de très très belles années. Merci à tous !

 Corinne Mascala
 Ancienne Présidente l’Université Toulouse Capitole
Partager cette page
Twitter Facebook Google + Pinterest

En appuyant sur le bouton "j'accepte" vous nous autorisez à déposer des cookies afin de mesurer l'audience de notre site. Ces données sont à notre seul usage et ne sont pas communiquées.
Consultez notre politique relative aux cookies