"La « nouvelle entreprise » : le pari de l’entrepreneuriat social et solidaire" Colloque du CDA
30 novembre 2012
Organisé par le Centre de Droit des Affaires
Manufacture des Tabacs

Amphitéâtre Guy Isaac (MI)
21 Allée de Brienne
31000 Toulouse
Fin 2011, l’Union européenne a lancé, avec son « Paquet Entreprises responsables », une campagne de soutien de l’entrepreneuriat social comprenant notamment des points de réforme du cadre réglementaire de l’économie sociale et solidaire, tandis que 2012 a été proclamée « Année internationale des coopératives » par les Nations Unies.

A travers ces initiatives et dans un contexte où le monde connaît l’une des crises les plus difficiles de son histoire, les pouvoirs publics reconnaissent l’efficacité du modèle de l’entreprise sociale, notamment la coopérative, sa pertinence et son apport en termes de pratiques économiques et sociales : gouvernance démocratique, partage des décisions, répartition équitable des bénéfices, innovation. Dans l’Union européenne, le secteur de l’économie sociale et solidaire concerne 10% des entreprises, 11 millions de salariés et un quart des créations d'emplois. Il apparaît comme une des poches de croissance au potentiel encore trop peu exploité.

Mais pour être économique, la crise est aussi éthique : n’est-il pas question de « Refonder l’entreprise » ? L’entreprise sociale et solidaire est au cœur de la réflexion de fond sur la place et le rôle de l’acteur économique dans la société. Solidarité, durabilité, inclusion et intégrité : ce sont là les vertus désormais attendues de l’entreprise. A l’heure de la fameuse RSE (Responsabilité sociale de l’entreprise), à savoir le développement durable par l’entreprise, l’entreprise sociale et solidaire apparaît comme une entreprise « responsable » prenant en compte ses parties prenantes, et donc une entreprise pérenne. 
 


Partager cette actualité
Twitter Facebook Google + Pinterest

informations complémentaires

Partenaires







--